Bienvenue dans le monde des énergies à Lausanne

PASSEZ DE BELLES FÊTES

Lumière et chaleur sans gaspiller

sommaire-equiwatt-640x450px

INTERNET, VIDÉOS, E-MAILS,...

Réfléchissons à nos loisirs numériques

Conso_numerique_640x450

ÉCLAIRAGE DOMESTIQUE

C’est l'heure des LED!

sommaire_webzine

RÉGIE BRAUN

Deux opérations éco-logements concluantes

Batiment-Braun640x450

NOUVELLE ACTION POUR LES GÉRANCES

Des locataires heureux

Ecologements-640x450

EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE

Valorisez votre bien immobilier

efficacite_sommaire

ENTREPRISES

Equiwatt fait la banque

equiwatt_sommaire

ENTREPRISES

Cinq façons efficaces d’économiser l’énergie

entreprise_sommaire

EFFICACITÉ ÉNERGETIQUE

Rénover ses luminaires sans les jeter

WhatsApp Image 2020-01-21 at 10.50.02

GÉOTHERMIE

Forages à 800 m aux Plaines-du-Loup

sommaire

GÉOTHERMIE

 

Forages à 800 m aux Plaines-du-Loup

 

Avant que les premiers bâtiments soient construits, les travaux de forage ont commencé aux Plaines-du-Loup. D’étonnantes machines percent actuellement des trous jusqu’à 800 m de profondeur pour poser les sondes géothermiques qui chaufferont le futur écoquartier.

Tout semble calme en cet après-midi un peu gris de mars 2019 sur les Plaines-du-Loup. Là-bas, deux étranges machines ronronnent. Sylvain Fronty, ingénieur en charge du suivi des travaux nous explique: «Deux foreuses travaillent en même temps. Celle-ci (il montre la plus grande, jaune) se charge en ce moment de finaliser un trou jusqu’à 800 m de profondeur, tandis qu’une autre machine (il montre la plus petite, bleue), moins puissante, est utilisée pour forer la première centaine de mètres pour une autre sonde.» Ainsi, pour la première des quatre parties de l’écoquartier, il faudra près de deux ans pour réaliser les 35 premières sondes prévues. «C’est pour cela que notre mandataire utilise deux machines, qui travaillent en alternance sur deux forages à la fois», précise M. Fronty.

En s’approchant, on découvre juste à côté une pile de tuyaux métalliques d’environ 20 cm de diamètre et 6 m de long. «Cette partie du forage est réalisé avec de la boue qui transporte les gravats hors du trou au fur et à mesure de l’avancement. Quant aux tubes, ils sont insérés bout à bout jusqu’à la profondeur désirée», continue M. Fronty.

 

Un concept novateur

Pour que le futur écoquartier des Plaines-du-Loup soit conforme aux exigences de la société à 2000 watts (vision 2150 pour la partie exploitation), la Ville de Lausanne a imaginé un concept énergétique combinant géothermie de faible profondeur et récupération de la chaleur des eaux usées. Toutefois, compte tenu de la densité urbaine, un pari audacieux a été lancé: faire évoluer les techniques classiques de sondes géothermiques pour étendre leur utilisation jusqu’à une profondeur de 800 m en s’inspirant de la géothermie de moyenne profondeur. Des tests ont été réalisés en 2015 et ont confirmé la faisabilité du projet. Les sondes seront donc moins nombreuses, mais plus productives en termes d’énergie.

Pour aller chercher la chaleur du sous-sol, la technologie de sonde utilisée est de type coaxial. Les tubes en métal conduisent l’eau au fond, qui se réchauffe à raison de 3°C tous les 100 m. «On atteint alors plus de 20°C à 800 m. L’eau chaude remonte via un tube central plus petit en polyéthylène. Elle est ensuite acheminée dans des conduites souterraines vers les chaufferies des immeubles, où sont installées des pompes à chaleur (PAC), alimentées en électricité d’origine 100% renouvelable.»

 

Non polluante

Cette manière de produire de la chaleur sans brûler de combustible présente de nombreux avantages par rapport aux autres énergies. Elle ne génère ni pollution ni déchets, elle atteint d’excellents rendements de production et elle se consomme là où elle est produite. De plus, l’impact sur le paysage est très limité. En effet, une fois la sonde géothermique installée, il ne subsiste en surface qu’une grille d’accès.

Ces installations novatrices sont réalisées par les SiL sous forme de contracting énergétique. Elles restent la propriété des SiL, qui les réalisent et les entretiennent durant plusieurs décennies et vendent l’énergie ainsi produite pour couvrir intégralement la consommation du quartier.

A noter que cette expérience de géothermie permettra également d’approfondir la connaissance du sous-sol, grâce au prélèvement et à l’analyse des gravats.